A propos

  

La maille en vert - A propos - img2Comme beaucoup de personnes qui tricotent, c’est avec mes 2 grands-mères que j’ai appris quand j’étais petite.
A cet époque mes tricots se ressemblaient tous : de longues bandes de point mousse réalisées avec les fonds de pelotes trouvés chez ma grand-mère maternelle. Puis j’ai eu une grande période pendant laquelle j’ai arrêté de tricoter. J’avais appris les bases mais ne savais rien faire de concret (à part des écharpes) et je suis passée à autre chose.

En 2014, je passe quelques jours chez ma grand-mère paternelle en Normandie et un soir, elle me prête des aiguilles et une pelote. A 76 ans, elle est encore capable de tricoter toutes sortes de choses, de compter ses mailles, jongler entre ses pelotes tout en regardant la télévision et en discutant avec mon grand-père. Et quand je la questionne sur la façon de faire un point, sur le nombre de diminutions pour faire une emmanchure ou sur les différentes façons de faire des augmentations, elle n’a qu’une seule réponse : « C’est facile, c’est long mais c’est pas compliqué ».

Je reviens dans le sud avec la paire d’aiguilles et la pelote et je termine mon écharpe. Je vais ensuite chez ma grand-mère maternelle, à la recherche de restes de laines et de conseils et j’apprends. Effectivement, il n’y a rien de difficile, il faut juste beaucoup de patience et un peu d’imagination.

En me promenant un peu au hasard dans un magasin de tissu, j’imagine des associations de couleurs, de motifs et de textures. Je pense à un mélange tissu / maille qui pourrait rajeunir le tricot, lui donner un coup d’éclat. En quelque sorte le « dé-ringardiser ».

Mai 2015, j’explique à ma grand-mère maternelle ce que j’ai en tête et ensemble nous créons la première pochette. Le principe est simple : une doublure intérieure et de la maille sur l’extérieur pour créer des trousses de maquillages, housses d’Ipad, pochettes de rangement etc.

La première pochette trouve vite une propriétaire et je décide de vendre les suivantes sur une boutique en ligne.

Echarpes, bonnets et bandeaux viennent leur tenir compagnie sur les étagères du e-shop et au printemps 2016 des nappes, coussins et autres accessoires de décoration ont également rejoint la collection.

 

Publicités